Domaine du Grand Estagel 30800 Saint-Gilles - France

+33 (0)4 90 47 44 15 [email protected]

Foin pour les Poulinières et les Poulains v2

Les fourrages qui apportent les meilleures valeurs nutritives nécessaires aux exigences élevées des poulinières en lactation et des poulains en croissance.

L’alimentation fourragère pendant la phase d’élevage est particulièrement importante et le bien-être du cheval pendant toute sa vie en dépend. Pour les poulinières les besoins en protéines et en calcium seront environ multipliés par 3 entre le début de la gestation et le pic de lactation. Il faut faire évoluer la ration mois par mois en suivant l’évolution des besoins. La ration de foin devra être modérée mais d’excellente qualité lors de la gestation puis plus généreuse en période de lactation. Le foin pour les juments doit être riche en protéines, afin d’assurer le développement du poulain et la lactation, sans risquer de détruire leurs musculatures. L’alimentation fourragère doit être équilibrée en calcium et en phosphore afin que la poulinière ne puise pas sur ses réserves osseuses et ne déforme son squelette.
Les besoins nutritionnels des poulinières sont bien supérieurs à ceux des chevaux de compétition de haut niveau. Si la qualité du foin n’est pas suffisante, la jument risque des carences qui auront un impact sur le poulain en gestation et sur la quantité et la qualité de sa production de lait. Cela nuirait au développement du poulain. Même si le poulain ne peut pas digérer les fibres comme un cheval adulte avant 18 mois, il va dérober le fourrage à sa mère vers 5 mois. Il est donc nécessaire de bien maintenir une ration généreuse à la jument pour éviter une perte d’état. Le lait de la mère représente un apport d’énergie et de protéines jusqu’au sevrage d’où l’importance d’un foin de haute qualité.

Les fourrages qui apportent les meilleures valeurs nutritives nécessaires aux exigences élevées des poulinières en lactation et des poulains en croissance.

L’alimentation fourragère pendant la phase d’élevage est particulièrement importante et le bien-être du cheval pendant toute sa vie en dépend. Pour les poulinières les besoins en protéines et en calcium seront environ multipliés par 3 entre le début de la gestation et le pic de lactation. Il faut faire évoluer la ration mois par mois en suivant l’évolution des besoins. La ration de foin devra être modérée mais d’excellente qualité lors de la gestation puis plus généreuse en période de lactation. Le foin pour les juments doit être riche en protéines, afin d’assurer le développement du poulain et la lactation, sans risquer de détruire leurs musculatures. L’alimentation fourragère doit être équilibrée en calcium et en phosphore afin que la poulinière ne puise pas sur ses réserves osseuses et ne déforme son squelette.
Les besoins nutritionnels des poulinières sont bien supérieurs à ceux des chevaux de compétition de haut niveau. Si la qualité du foin n’est pas suffisante, la jument risque des carences qui auront un impact sur le poulain en gestation et sur la quantité et la qualité de sa production de lait. Cela nuirait au développement du poulain. Même si le poulain ne peut pas digérer les fibres comme un cheval adulte avant 18 mois, il va dérober le fourrage à sa mère vers 5 mois. Il est donc nécessaire de bien maintenir une ration généreuse à la jument pour éviter une perte d’état. Le lait de la mère représente un apport d’énergie et de protéines jusqu’au sevrage d’où l’importance d’un foin de haute qualité.

Les foins les plus adaptés pour les poulains et poulinières